mardi, juin 13, 2006

L'insoutenable légèreté de l'horreur....

J'ai un ami. Un ami d'il y a très longtemps.

Hier soir à la brunante, sur la 20, entre Québec et Montréal, à 100km/h...

Un orignal. 1 tonne et demie de bête affolée.

Sa blonde, la fille de sa blonde, s'en sont sorties.

Lui... (Louis...)

Il est mort.

J'ai mal. Mais sûrement pas autant que lui dans l'ambulance où il est décédé.

5 Commentaires:

Blogger Linda a répondu...

Parce que je sais qu'il n'y a rien à dire...je cite:

Toutes les heures blessent, la dernière tue.

« C’est un mystère douloureux.
Ça vous déchire l’âme, le cœur et le ventre,
Ça vous assomme,
Ça vous triture
Ça vous démolit ».

Doris Lussier

10:09 a.m.  
Anonymous Enora-heliasong a répondu...

Ben voilà... Pensées de "loin-qui-est-tout-près" dans ce cas là...
Enora :)

8:27 a.m.  
Blogger Lumières a répondu...

...

1:29 p.m.  
Blogger *La Souris* a répondu...

Avec beaucoup (trop) de retard, mais... Mes sympathies.

4:12 p.m.  
Blogger Vorpie a répondu...

Mon vieux,

Felix a ecrit:

C'est fou la mort, plus méchant que le vent
C'est sourd la mort,
comme un mort sur un banc
C'est noir la mort
et ça passe en riant
C'est grand la mort,
c'est plein de vie dedans

8:54 p.m.  

Publier un commentaire

<< On r'tourne à la maison

"Si on oublie le passé, on ne peut comprendre le présent.
Encore moins appréhender le futur."
B.H.

Powered by Blogger

Top Blogues

Québéblogues.com, L'annuaire des Blogues Québécois!



annuaire