mardi, mars 28, 2006

Quel film!

(Texte soumis au collectif d'improvisation écrite "Coïtus Impromptus" . Cette semaine le thème était: "Quel film!")


Il en était littéralement soufflé. Ses yeux écarquillés peinaient à suivre l'action tant il y avait de mouvements, de détails saisissants. Hypnotisé, comme dans un rêve, il tentait de suivre les multiples rebondissements de la scène.

À droite, en haut de l'image, il venait de voir un rebelle qui rampait sur le toit d'un immeuble, un lance-roquettes à la main. Plus bas, au centre, dans la rue défoncée, un groupe de militaires suivait, nerveux, un blindé qui leur ouvrait la voie.

Un cri sur la gauche les fit tous se retourner et ouvrir le tir à l'aveugle. Au même moment, le rebelle sur le toit s'était redressé et sans attendre tira en plein sur le convoi. Dans un terrible réalisme, l'explosion déchiqueta les hommes du peloton et mit le feu au blindé.

"Quel film! Non mais quel film" s'extasia-t-il à voix basse.

Des maisons éventrées sortaient maintenant tout un groupe de rebelles en guenilles qui se ruaient vers les quelques survivants, armes à la main en vociférant. Dans une séquence d'une violence inouïe, ils achevaient les blessés un à un, sans l'ombre d'une hésitation.

Adossé contre le mur, inconfortablement assis, pris d'un soudain malaise devant ces images horribles, il passa une main sur son front moite. L'image d'un des tueurs grandissait de plus en plus, créant l'effet de se diriger vers lui.

Mais il fut distrait de l'action par la surprise de voir sa main remplie de sang. C'est à peine s'il entendit le bruit de son fusil mitrailleur qui glissait sur le sol.

Hébété, il contemplait maintenant l'homme en gros plan devant lui, la bouche énorme de son arme occupant presque tout son champ de vision.


Le temps d'un éclair, il pensa que le scénario lui échappait un peu …

2 Commentaires:

Anonymous andy Verol a répondu...

"L'en-style, c'est à dire la pénétration de force dans un style particuliers planté comme un pieu dans la terre, dans nos esprits fragilisés est une démarche dangereuse que je vais tenter de résoudre par un travail bondissant border-line qui mettra sur la sellette les pontes des idées humanistes, les fascistes de l'édition et les lécheurs classicisme rouillé et menaçant. Je tourne sur mon siège de bureau."

La suite sur
http://hirsute.hautetfort.com

6:38 p.m.  
Anonymous Anonyme a répondu...

Votre site est magnifique !

8:36 a.m.  

Publier un commentaire

<< On r'tourne à la maison

"Si on oublie le passé, on ne peut comprendre le présent.
Encore moins appréhender le futur."
B.H.

Powered by Blogger

Top Blogues

Québéblogues.com, L'annuaire des Blogues Québécois!



annuaire