mercredi, avril 12, 2006

Non au Kébèkistan...

Le dramaturge Québécois Michel Tremblay (et un des icônes des nationalistes québécois) qui avoue ne plus se retrouver dans le discours actuel prônant la souveraineté du Québec.

Un autre grand du théatre, Robert Lepage, qui renchérit en se trouvant lui aussi moins convaincu qu'avant de la nécessité de l'indépendance québécoise.

Et voilà que le cirque reprend. L'ancien premier ministre souverainiste Landry ne trouve rien de mieux à dire qu'il n'ira plus voir les pièces de Tremblay, pendant que dans le Bas du Fleuve, l'auteur Victor-Lévy Beaulieu traite les deux hommes de "traîtres"....

Alors? On ne peut plus discuter? Croire en un nouveau statut politique pour le Québec est devenu une telle religion qu'on ne peut plus remettre le dogme en question? Si c'est ça le pays qu'ils veulent, très peu pour moi...

Une nation, un pays, ça ne se construit pas sur le rejet des autres. Ni sur des raisons purement économiques ou circonstancielles. Et surtout pas sur l'intransigeance d'une foi aveugle.

Construire un nouveau Québec, pourquoi pas? Mais peut-on au moins discuter de ce dont il aurait l'air ce pays? Plutôt que de nous faire miroiter tant de baguettes magiques (sic M.Bouchard...) qui transformeraient soit-disant nos existences à jamais?

Le mouvement souverainiste au Québec est clairement sclérosé, figé au point de se doter d'un chef dont on ne parvient toujours pas à décoder la langue de bois (si tant est qu'il y ait quelque chose à décoder...)

Le malaise révélé par les deux hommes de lettres québécois est largement répandu parmi plusieurs générations qui appuient pourtant l'idée de base. Ils ont le grand mérite de l'avoir mis en lumière.

Va-t-on encore une fois choisir de tirer sur le messager, plutôt que de discuter de ce que le message veut dire?

"Le doute est un hommage à l'espoir" disait Lautréamont.

Douter, c'est chercher, tenter de comprendre, remettre les absolus en question. Et à tout prendre je préfère un pays imparfait à une chimère intégriste, même drapée dans une ceinture fléchée...

Vive le Québec libre? Oui. Libre de s'inventer, de se recréer, de se parler de lui-même en toute liberté justement.

Sinon à quoi bon?

4 Commentaires:

Blogger Coyote inquiet a répondu...

Bien dit ! Sans le doute, on hurlerait encore que la Terre est plate et se tient en équilibre sur le doigt d'Odin...

11:43 a.m.  
Anonymous Jack a répondu...

Ah! Les vire-capots!| Aux dernières nouvelles, Radio-Canada nous apprend que le sénateur libéral trempé dans le jérolas, Jean Lapointe, commence à branler du cheuf en se remémorant les paroles de son chum Leclerc. Mon Dieu! La paroisse au complet va être encore sur les épines! À qui le p'tit coeur après neuf heures?

8:27 p.m.  
Anonymous LoveGore a répondu...

Y'a rien de plus flippant qu'une personne qui n'a aucun doute ...

6:10 p.m.  
Blogger Perrasite Premier a répondu...

Comment peut-on se reconnaître dans ces débats de "vieux" gardiens de la foi ? La saison de la chasse aux idées est ouverte ! Malheureusement, c'est souvent le porteur d'idées qui est visé...

1:28 p.m.  

Publier un commentaire

<< On r'tourne à la maison

"Si on oublie le passé, on ne peut comprendre le présent.
Encore moins appréhender le futur."
B.H.

Powered by Blogger

Top Blogues

Québéblogues.com, L'annuaire des Blogues Québécois!



annuaire