mercredi, octobre 26, 2005

La magie (2)

("Syncronicité, hasard, coïncidence poétique, beauté de la vie, dimensions différentes" me dites-vous? Intéressantes approches.

Je ne crois pas au hasard, ni aux coïncidences. Pas plus qu'à un immuable destin écrit à l'avance. Ce que je vous propose comme explication partielle de ce que je vous ai relaté dans l'article précédant est tiré d'un de mes projets d'écriture en cours, un récit vécu, dont je vous avait
déjà donné ici un premier aperçu.

Pour la compréhension de ce qui suit, au moment ou débute cet autre extrait, je suis au sommet du Mont Moïse, assis en tailleur tout au bord d'une falaise de 2,2oo mètres, surplombant le désert du Sinaï, baigné par la pleine lune. En fait, c'est à peu près exactement là où cette photo a été prise...
)



Même de nuit, le spectacle est grandiose. Je suis assis en tailleur, tout au bord du précipice. De mon aire, je peux voir des kilomètres à la ronde. Je me sens, comment dire, tellement là. .Branché. Comme si la vie de la planète toute entière me passait à travers le corps. La vie? Dans un désert? Elle est pourtant là, plus puissante, plus présente qu'à aucun autre moment de mon existence. Rien dans mon souvenir, ni la mer démontée, ni les plust féroces tempêtes de neige de mon enfance ne soutiennent la comparaison. Et puis dans ce non-bruit absolu, un faible son, un écoulement à la limite du perceptible, mais bien réel. En fait, je découvre pour la première fois ce fameux silence du désert, si parfait que je suis tout simplement en train d'entendre le bruit de mon propre sang qui me coule dans les veines.

Et là, dans cet univers où rien ne bouge, où rien ne bruit, dans cet absolu moment de paix, quelque chose… Une infime sensation. Une voix, à la fois puissante et à peine audible. Je tend l'oreille, j'en cherche la provenance.
Mais ça ne vient pas d'un endroit en particulier. Ça vient de partout. De nulle part. C'est partout autour de moi. En moi. Des pensées, des mots.. Non. Des réponses. Parfaitement claires. Articulées, prononcées, comme si quelqu'un ou quelque chose me parle avec ma propre voix. Je n'ai pas ouvert la bouche. Je suis seul, je n'entend même pas les autres là-bas.

J'entend des voix?

Pas le moindre sentiment de panique. Au contraire. J'écoute. Je suis curieux. Je n'ai pas l'impression de délirer une seule seconde. Je n'ai aucune idée de ce qui se passe, mais ça n'a aucune importance. C'est fascinant. Je ne suis pas envahi par quelque chose. Je fais partie de ce qui se produit. Le moment est extrême. Mais je m'y abandonne sans aucune peur. Je sens profondément que tout est normal, voulu, reçu. Devant mes yeux, l'immensité du désert, ses remparts gris au dessus de fleuves de sable blanc. Une lune étincelante sur une nuit bleu foncée. Et ce tableau d'une extraordinaire beauté… vibre. Il n'y a pas d'autre mot. Ça vibre.

Je dis des réponses, mais pourtant je ne me pose pas de questions. Du moins pas à voix haute. En fait pas du tout. Consciemment du moins. Mais la voix me parle. De certains souvenirs, parfois bien lointains, de choses à régler encore importantes ou pas. De questions pour la suite des choses. Un regard lucide, simple et clair. La voix me raconte, m'explique avec une économie de paroles. Des remarques bien vues, des solutions toutes simples, adéquates. Ça n'a rien d'une hallucination. Les propos sont parfaitement justes, sensés.

Je l'écoute. Toujours muet, là je la questionne plus avant. Et elle précise, va plus loin, me montre. Je n'ai plus aucune notion du temps. Mais je ne suis pas ailleurs. Je suis là, assis par terre, je sens la roche sous moi, l'odeur de sable et de poussière. Et c'est avec tout ce qui m'entoure que j'ai une vaste et profonde conversation. La voix est très claire maintenant, parfaitement audible. Je n'ai plus à tendre l'oreille. Je comprend tout ce qu'elle me raconte, amicale, désintéressée. Toute entière teinte d'une grande tendresse. D'un amour sincère
et d'une sollicitude sans fin.

Plusieurs mois plus tard, j'aurai l'occasion d'écouter une conférence enregistrée sur cassette. Le type dont j'ai oublié le nom depuis longtemps, expliquait à sa façon le phénomène dont j'ai fait l'expérience. Selon lui, toute l'information sur toutes choses est partout autour de nous. L'Univers est un émetteur et nous, nous avons la capacité d'être des récepteurs.

Le problème disait-il c'était notre "bruit intérieur". Nos pensées quotidiennes ("Ne pas oublier les poubelles…", "Que vais-je faire à souper?", "Penser à payer la facture" etc…), le bruit des villes, les distractions incessantes, le stress bref, un tas de choses qui nous empêchent d'entendre.

Mais que l'on se mette dans une autre situation, un autre mode, et l'information parvient. Quelqu'un qui butte sur un texte par exemple, qui se lève et fume une cigarette en pensant à autre chose ou à rien du tout. Il revient, se rassoit et retrouve souvent le fil perdu.. Où lorsque, devant un problème irrésolu, on se dit: "je vais dormir là-dessus" . Et que le matin, la solution est là, toute simple. Autant de moments, disait le conférencier, où l'on fait taire son bruit intérieur, ne serait-ce qu'un court laps de temps, nous permettant alors de recevoir.

D'ailleurs poursuivait-il, c'est ce qui est arrivé à Moïse au pied du Mont qui porte aujourd'hui son nom. Il n'a jamais vu Dieu lui apparaître un soir, pouf! comme ça au sommet. Ses gens et lui ont campé au pied de la montagne pendant près de deux ans. Régulièrement, Moïse gravissait la montagne pour s'y recueuillir. Selon la cassette, il en serait souvent redescendu avec des idées nouvelles, notament sur l'hygiène, en contradiction avec les croyances du temps, mais parfaitement justes…


Ces affirmations, ces faits, eux-non plus je n'ai jamais tenté de les vérifier. Mais la théorie est séduisante. Et de toutes façons, je sens (je sais?) qu'elle est vraie. C'est exactement ce qui m'est arrivé. Pendant près de deux heures j'ai dialogué en silence avec… Avec le désert? La planète? Dieu? Avec moi-même? Ou alors, avec tout ça à la fois? Je ne suis sûr de rien. J'ai le souvenir intense, inscrit dans ma chair et mon âme, d'avoir discuté avec l'Univers et qu'il m'a répondu.

3 Commentaires:

Anonymous Paul a répondu...

Pas besoin de croire ni aux coïncidences, ni au hasards pour être en mesure de se laisser couler dans "l'être" de tout ce qui nous entoure et de percevoir de façon beaucoup plus directe, plus fraîche, ce qui est, le what is; un processus qui se fait sans le truchement de notre esprit discursif.

Les grandes cultures anciennes et autochtones de plusieurs endroits de la planète étaient plus "branchées", plus en communication directe avec ces modulations énergétiques (pour employer un terme parfois utilisé). Je suis présentement en train de lire un ouvrage sur les enseignements Shambhala, écrit par un étudiant de la première heure de Chogyam Trungpa, un maître tibétain très important qui a transporté et implanté le bouddhisme en Amérique dans les années 70. Les enseignements Shambhala, qui prennent leur source, en partie, dans la tradition tibétaine bön (pré-bouddhiste), présentent justement ce principe énergétique (dralas) avec lequel il est possible de se reconnecter afin d'être plus présent à tout ce qui "est", entre autres.

J'offre un court extrait qui fait un peu écho à votre très beau texte :

"On est en mesure de sentir ces configurations d'énergie dans les qualités des choses. Quand on n'en reste qu'à la surface, à la simple chosité d'objets séparés les uns des autres, on supprime ces qualités. Le monde devient alors plat et insignifiant. Par contre, lorsqu'on s'ouvre aux qualités que renferment les choses, à leur façon d'exister - le bleu du ciel, la solidité du roc, la qualité tourbillonnante que possède le vent, ce qu'il y a d'obsédant dans le cri du huard – et aux rapports entre celles-ci, leur signification, il est alors possible d'en sentir l'énergie. Nous la sentons circuler dans notre corps, au point où nous pouvons y répondre et où elle peut aussi faire de même."

Jeremy Hayward - Le monde sacré de Shambhala



Paul

8:17 p.m.  
Blogger Annie-Sandra a répondu...

je te lis et il y a tellement de choses qui me traversent l'esprit.

Je penses aux muses des artistes,
aux inventeurs, à l'inspiration en général, à la religion (les visions où les voix entendues), au fait aussi qu'on parle depuis notre jeunese et que notre cerveau pourrait peut-être inventer des histoires par lui-même avec tout ces mots en banque. Il nous arrive dailleurs tous un jour où l'autre de parler avant de penser ... Il est possible en effet d'être observateur de tout ça... Je pense aussi à ceux qui disent que les morts nous parlent. tout semble possible...

J'aime bien ta réflexion, ton texte s'arrête sur un phénomène important qu'on perçoit tous de façons différentes (lorsqu'on s'en donne la chance) et qui peut avoir tellement de directions saines, mais je pense également aux gens qui entendent des voix dans les asiles, à la folie en général...
la ligne est mince...

12:20 a.m.  
Blogger Bertrand a répondu...

Effroyablement mince en effet. Nous cherchons notre route sur une mince sente qui longe un précipice....

10:47 a.m.  

Publier un commentaire

<< On r'tourne à la maison

"Si on oublie le passé, on ne peut comprendre le présent.
Encore moins appréhender le futur."
B.H.

Powered by Blogger

Top Blogues

Québéblogues.com, L'annuaire des Blogues Québécois!



annuaire